Espace Entreprise Emploi

EMPLOI

Pôle emploi face à la crise sanitaire COVID-19 : foire aux questions

https://www.pole-emploi.fr/actualites/information-covid-19.html

Réouverture progressive et maîtrisée de l’Espace Entreprise Emploi Pays d’Uzès

L’Espace Entreprise Emploi vous accueille à nouveau à compter du 18 mai prochain et met en place des mesures sanitaires afin d’accueillir ses usagers dans les meilleures conditions :

1- L’Espace Entreprise Emploi sera accessible uniquement sur rendez-vous pris par téléphone au 04 66 01 17 58
2- Les postes informatiques ne seront pas accessibles.
3- Le port du masque, l’application des gestes barrières et la distanciation sociale seront obligatoires pour être accueilli dans la structure.
4- Les usagers seront invités à se laver les mains à l’entrée du lieu et du gel hydro alcoolique sera mis à leur disposition.

Attention : Les permanences des différents partenaires (CAF, CPAM, Mission locale) ne reprendront pas.

Cette reprise de l’activité est soumise au respect de certaines règles, restrictions et recommandations propres au dé-confinement progressif et à la poursuite de lutte contre la propagation du virus du COVID 19.
 

Prime COVID de 150€ pour les allocataires du RSA, ASS ou certains bénéficiaires de l'AAH, 100€ pour ceux des APL

Le gouvernement a annoncé le versement d’une prime COVID le 15 mai prochain, automatiquement, pour les ménages allocataires du RSA, AAH ou de l’ASS ou encore des APL. Une prime additionnelle de 100 euros est ajoutée par enfant à charge.
Une prime de 150 euros pour les ménages les plus démunis (RSA / ASS)
Pour aider les ménages les plus démunis, le gouvernement a annoncé une prime de 150 euros pour ceux touchant le revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS), ou de l’allocation adulte handicapé (AAH), dès le 15 mai.
Prime de 100 euros par enfant à charge
Les ménages concernés par ces primes recevront en plus une prime additionnelle de 100€ par enfant à charge.
Une prime de 100 euros pour les familles percevant les APL
Les familles bénéficiaires des allocations au logement, mais ne touchant pas forcément le RSA ou l’ASS, bénéficieront aussi de cette prime de 100 euros par enfant.

Pôle emploi : tout ce qui change pendant le confinement

Découvrez toutes les mesures décidées par le gouvernement d’Edouard Philippe et l’organisme pour cette période.

Absence de contrôle de la recherche d’emploi
Le contrôle de la recherche d’emploi cesse durant la période de confinement. Aucune radiation ou sanction ne peut intervenir à l’encontre d’un chômeur.
Cependant, dans un document diffusé mercredi, le ministère du Travail invite les chômeurs à continuer à rechercher un emploi ou au moins à préparer leurs démarches de recherche, en vue de la fin du confinement.

Report des nouvelles modalités de calcul des allocations-chômage
L’exécutif a reporté du 1er avril au 1er septembre la date d’entrée en vigueur des nouvelles règles de calcul de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE).
Ces modalités concerneront seulement les chômeurs dont le contrat de travail a pris fin le 1er septembre ou dont la procédure de licenciement a été engagée avant cette date.
Dans le cadre de la réforme, le salaire journalier de référence, qui sert de point d’appui au calcul du montant journalier de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE), correspondra à un revenu moyen calculé à partir des périodes travaillées et non travaillées au cours des 24 derniers mois.
Les périodes d’inactivité non couvertes par un contrat de travail au cours de la crise sanitaire ne seront pas prises en compte.

Prorogation de vos droits à indemnisation
La durée d’indemnisation des personnes dont les droits à indemnisation de Pôle emploi devaient expirer entre le 1er mars et le 31 mai est prolongée jusqu’à la fin du confinement.
Vous êtes concerné si vous percevez :

  •  l’ARE, que vous dépendiez du régime général de l’assurance-chômage ou que vous soyez intermittent du spectacle ;

  •  l’allocation de solidarité spécifique (ASS), destinée aux chômeurs qui ont épuisé leurs droits à indemnisation ;

  •  une des allocations de solidarité spectacle, destinées aux intermittents du spectacle qui ont épuisé leurs droits à indemnisation.

« En cas de nouvelle prolongation de la mesure de confinement, la date du 31 mai sera modifiée en conséquence », explique le ministère du Travail.

Dans le détail, vous vous voyez attribuer des jours d’indemnisation supplémentaires à hauteur de

  • 91 jours si vos droits devaient arriver à expiration en mars ;

  • 60 mars si vos droits devaient prendre fin en avril ;

  • 30 jours si vos droits devaient arriver à expiration en mai.

Certains jours ne sont pas indemnisables par Pôle emploi, s’ils correspondent par exemple à une activité rémunérée ou à des prestations en espèces de la Sécurité sociale (arrêt maladie, maternité, vieillesse ou invalidité).

Actualisation obligatoire
Aucune démarche n’est à accomplir pour bénéficier de la prolongation des droits à indemnisation.

À l’exception de l’actualisation mensuelle, à laquelle vous devez continuer à procéder, en utilisant les moyens suivants :

  • aller en ligne sur l’espace personnel de pole-emploi.fr ;

  • vous connecter sur l’application « Pôle emploi mon espace »

  • appeler le 3949 (service gratuit).

Assouplissement des conditions d’affiliation
Pour ouvrir une indemnisation auprès de Pôle emploi, vous devez avoir été assuré pendant un certain temps, la durée minimale d’affiliation.
La période de référence au cours de laquelle est recherchée cette durée est allongée.
Pour un chômeur de moins de 53 ans, l’affiliation ne sera pas recherchée sur les 24 mois qui précèdent la fin du dernier contrat de travail, mais sur une période de 26 mois.
Pour les intermittents du spectacle, la durée d’affiliation de 507 heures est recherchée sur 14 mois et non 12 habituellement.

Suspension du délai d’application de la dégressivité des allocations
Certains demandeurs d’emploi sont concernés par un mécanisme de dégressivité des allocations, après 182 jours d’indemnisation. Ce délai est suspendu jusqu’au 31 mai.
La dégressivité concernait seulement les allocataires de moins de 57 ans dont l’ARE est supérieure à 84,33 €.

Rupture de votre contrat après une démission
Durant la crise sanitaire, les situations de démission ouvrant droit à une indemnisation sont élargies.
Si votre nouvel employeur a rompu votre contrat avant l’expiration d’un délai de 65 jours travaillés, en principe, votre démission de votre précédent poste n’est légitime que si le contrat est à durée indéterminée et si vous avez totalisé, avant la démission, trois années d’affiliation continue.
Mais ces strictes conditions sont écartées.

Vous pouvez obtenir une indemnisation :

• que le contrat auquel l’employeur met fin soit un CDI ou CDD d’une durée initiale de 3 mois ou 455 heures ;
• quel que soit le nombre d’années d’affiliation au régime d’assurance-chômage.

Deux conditions sont cependant requises pour être éligible à cette mesure. Votre démission doit être intervenue avant le 17 mars, et votre nouvel employeur doit avoir mis fin à votre contrat après le 1er mars.

Annulation de votre embauche après une démission
Vous avez démissionné de votre travail avant le 17 mars pour rejoindre un autre poste, mais votre embauche a été annulée ou reportée ?

Cette démission vous donne droit à une indemnisation dès lors que :

  • l’emploi que vous deviez occupé un CDI ou un CDD d’une durée d’au moins 3 mois ou de 455 heures ;

  • vous produisez auprès de Pôle emploi une promesse d’embauche ou un contrat de travail ou encore une attestation de l’employeur justifiant du renoncement ou du report de l’embauche.

Cumul des allocations-chômage et de l’indemnité d’activité partielle
Les chômeurs exerçant une activité salariée sont susceptibles de percevoir l’indemnité d’activité partielle – ou de chômage partiel – par l’intermédiaire de leur employeur. Un cumul de l’ARE et de l’indemnité d’activité partielle est possible.
L’allocation-chômage à laquelle vous avez droit est calculée en fonction des revenus que vous déclarez à Pôle emploi.
Le montant est calculée selon la formule suivante : montant de votre allocation brute mensuelle – 70 % de votre revenu du mois (indemnité d’activité partielle + salaires bruts).
Vous devrez déclarer un nombre d’heures travaillées lors de votre actualisation mensuelle. Si vous avez été en activité partielle durant tout le mois, vous devez déclarer une heure travaillée au moins.
Une fois que vous disposez de votre bulletin de salaire, transmettez-le à Pôle emploi. Le montant de votre allocation pourra être régularisé.

!!! Des bras pour ton assiette !!!

Le Covid-19 impacte aussi l’agriculture !
La main d’oeuvre manque plus que jamais. Il est nécessaire de se mobiliser pour subvenir aux besoins alimentaires de la population.
Pôle emploi et l’Anefa ont donc mis en place la plateforme “desbraspourtonassiette” pour aider les exploitations impactées et éviter la pénurie de main d’œuvre.
Un communiqué de presse du 24/03/2020 sur le renforcement de l’emploi agricole. Il précise les modalités de recrutement de la main d’œuvre saisonnière pour les récoltes de fruits et légumes.

 
Nouvelle plateforme pour soutenir l'emploi

Le gouvernement et Pôle Emploi ont lancé, jeudi 2 avril 2020, une nouvelle plateforme pour soutenir l'emploi.
En effet, certaines entreprises appartenant aux secteurs essentiels du pays ont besoin de renfort en main d’œuvre pour assurer leurs activités.
Baptisée MobilisationEmploi, cette nouvelle plateforme est accessible aux demandeurs d’emploi (inscrits ou non au Pôle Emploi), mais aussi aux salariés en activité partielle.
Les demandeurs d'emploi et les salariés en activité partielle peuvent, via cette plateforme, se porter volontaires dans plusieurs secteurs essentiels : le secteur médico-social, l'agriculture, le secteur agroalimentaire, les transports, la logistique, l'aide à domicile, l'énergie et les télécoms.
Le gouvernement précise qu'une attention particulière est, bien sûr, accordée à la protection des salariés. Ainsi, pour chaque offre proposée, un conseiller Pôle emploi appelle systématiquement l’employeur pour vérifier le respect des consignes sanitaires. Le recruteur s’engage formellement à respecter les consignes sanitaires.
Pour plus de facilité, les candidats peuvent consulter les offres sans créer de compte et accéder directement aux coordonnées du recruteur. Par la suite, Pôle emploi se charge de contacter les recruteurs pour caractériser les compétences attendues, et de prendre en charge la présélection des candidats, si l'employeur le souhaite.
Plus de 9000 offres sont déjà disponibles sur MobilisationEmploi

Centre d’aide pour les démarches en ligne essentielles :

https://solidarite-numerique.fr/

Pôle emploi face à la crise sanitaire COVID-19 - Réponses aux questions des demandeurs d'emploi et des entreprises :

http://www.pole-emploi.org/accueil/communiques/pole-emploi-face-a-la-crise-sanitaire-covid-19-reponses-aux-questions.html?type=article
Le département a mis en place un numéro pour les demandes sociales des usagers 04.66.05.42.00

Chômage partiel : vous pouvez suivre une formation gratuitement

Vous êtes au chômage partiel ? Vous pouvez en profiter pour vous former gratuitement. Les formations professionnelles des salariés en chômage partiel sont intégralement prises en charge par l’Etat, sans entamer votre Compte personnel de formation (CPF).
Depuis le mardi 14 avril, vous pouvez suivre une formation professionnelle à distance sans devoir mobiliser votre Compte personnel de formation (CPF). Les coûts pédagogiques seront entièrement pris en charge par l’Etat via le Fonds national de l’emploi (FNE).(Face à l’ampleur de la crise liée au Covid-19, le ministère du Travail a décidé d’élargir l’aide à la formation du FNE-formation à toutes les entreprises ayant des salariés en activité partielle, à l’exception de ceux en contrat d’apprentissage et de professionnalisation).

Quelles démarches ?
La demande de subvention FNE-formation doit être adressée aux Direccte (directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) par l’entreprise. En cas d’accord, une convention simplifiée est établie. Toutefois, si le coût de la formation est supérieur à 1 500 € par salarié, le dossier fera l’objet « d’une instruction plus détaillée, notamment sur la justification du niveau du coût horaire », précise une instruction de la délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle transmise le 9 avril aux Direccte.

Quelles formations sont éligibles ?
Toutes les formations pourront être financées, sauf celles obligatoires. Sont éligibles les bilans de compétences, les validations des acquis de l’expérience (VAE), les formations qualifiantes ou permettant l’acquisition de compétences. Il peut s’agir d’un titre ou diplôme à finalité professionnelle inscrit au répertoire national des certifications professionnelles, d’une qualification reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale de branche ou d’un certificat de qualification professionnelle.
Dans les faits, seules les formations réalisées en ligne seront possibles en raison du confinement. La durée de la formation ne doit pas dépasser la période d’activité partielle. « Le contrat de travail étant suspendu pendant la période d’activité partielle, l’employeur doit recueillir l’accord écrit du salarié pour le suivi de la formation », précise l’instruction.

Quelle rémunération ?
Seul bémol : jusqu’au 28 mars, le salarié en chômage partiel suivant une formation professionnelle recevait 100 % de sa rémunération nette. Depuis l’adoption de l’ordonnance n° 2020-346 du 27 mars 2020, il n’en perçoit que 84 %, c’est-à-dire le même montant qu’en ne suivant pas de formation. En revanche, il a la garantie de conserver son emploi puisque, pour percevoir les aides de l’Etat, l’employeur doit s’engager à maintenir dans l’emploi le salarié formé pendant toute la période de la convention.

FORMATIONS

Les organismes de formation s’adaptent à la situation actuelle et vous propose des informations collectives à distance.

Formations à distance, cliquez ici.

Attention !!! Mise à jour de la programmation de l'AFPA, veuillez cliquer ici.

AIDES AUX ENTREPRISES

Aides Région occitanie doc synthétique 6 avril 2020

Modalités Aide Région Occitanie fonds de solidarite Volet 01

Modalités Aide Région Occitanie fonds de solidarite Volet 01 et 02

Espace Entreprise Emploi
logo

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies afin de réaliser des statistiques de visites.